Raconter

Raconter
Hier et aujourd’hui
Du XVIe au XIXe siècle
Du Domaine de Bages
au Cru de Lynch…
Les premières écritures qui mentionnent la terre de « Batges » remontent au XVIe siècle. Située aux portes de Pauillac, elle abrita pendant des siècles des générations de vignerons.

Dans la première moitié du XVIIe siècle, Jean Déjean, Notaire Royal, et son frère Pey, marchand de vins, résident au village de Bages et commencent à rassembler les terres qui entourent le hameau.
À la génération suivante, Pierre Déjean et son fils Bernard, achèvent de créer le Domaine de Bages et le revendent en 1728 au chevalier Pierre Drouillard, trésorier général de Guyenne.

Au XVIIIe et au XIXe siècles, la famille Lynch donne au domaine une dimension nouvelle. John Lynch parti de Galway, se réfugia à Bordeaux en 1691. Son fils, Thomas, acquit le Domaine de Bages le 9 juin 1750 grâce à son mariage avec la fille de Pierre Drouillard.
Leur fils, le chevalier Michel Lynch, comprend l’importance des terroirs, sélectionne les meilleurs cépages, draine systématiquement les sols et invente de nouveaux outils pour cultiver la vigne.

La propriété demeurera pendant soixante-quinze ans dans la famille Lynch.
La révolution technique du XIXe siècle
Dans les pas
de Skawinski…
Au XIXe siècle, les propriétaires bordelais adoptent
de nouvelles techniques de culture et les méthodes
de vinification progressent à pas de géant.

En 1866, Jérôme Cayrou, nouveau propriétaire de
Lynch-Bages est conseillé par Pierre Skawinski,
personnage dominant de cette révolution technique
grâce à l’invention du cuvier « nouveau système ».

Pour la première fois, on se sert de la gravité pour
manipuler le raisin. La vendange est hissée jusqu’au
fouloir installé au niveau supérieur, au moyen d’un
treuil, puis déversée dans chacune des cuves.





Le chai gravitaire
Utilisée jusqu’en 1976, l’installation du XIXe siècle, miraculeusement intacte et soigneusement préservée à Lynch-Bages, représente aujourd’hui un tableau complet des techniques de vinification de cette époque.
Utilisée jusqu’en 1976, l’installation du XIXe siècle, miraculeusement intacte et soigneusement préservée à Lynch-Bages, représente aujourd’hui un tableau complet des techniques de vinification de cette époque.
La famille Cazes : quatre générations
Des montagnes ariégeoises aux vignes du Médoc
L’histoire de notre famille, faite d’obstination et de simplicité, de rencontres improbables et de voyages, est le reflet de celle du Médoc. Notre attachement au vignoble, au patrimoine, et à la gastronomie s’exprime à travers un art de vivre le vin que nous partageons de génération en génération.

Notre ancêtre, Jean « Lou Janou », quitte les vallées du Couserans, près de Saint-Girons en Ariège vers 1875 pour prendre racine à Pauillac et y trouver du travail.

Jean-Charles, premier de la famille qui soit né à Pauillac, d’abord boulanger, puis employé de banque, put acquérir une propriété viticole à la fin des années 1930. Il s’est révélé bon vinificateur et détermine un style propre à Lynch-Bages.

Son fils André a lui aussi une influence déterminante sur le vignoble qu’il régénère et agrandit. Il est le premier à promouvoir les vins à l’international.

Jean-Michel, devenu Ingénieur à Paris, rejoint son père en 1973. Les installations et le chai Skawinski, âgé de plus cent ans, nécessitent des travaux de modernisation qui dureront quinze ans. Les vins de Lynch-Bages s’affirment et gagnent en régularité.

En 2007, Jean-Charles prend la relève de son père à la tête des domaines familiaux et lance le projet de rénovation de Lynch-Bages, en collaboration avec l’architecte Chien Chung (Didi) Pei. Il ouvre, avec le millésime 2020, un nouveau chapitre de la vie du domaine…
Du XVIe siècle à aujourd’hui
Les dates clés
1600-2022
La création du Domaine de Bages
1600
Les premières écritures qui mentionnent la terre de « Batges » remontent au XVIe siècle. Située aux portes de Pauillac, elle abrite pendant des siècles des générations de vignerons.

Dans la première moitié du XVIIe siècle, Jean Déjean, Notaire Royal, et son frère Pey, dit Nadau, marchand de vins, résident au village de Bages et commencent à rassembler les terres qui entourent le hameau.

A la génération suivante, Pierre Déjean, Notaire Royal lui aussi, et son fils Bernard, marchand et bourgeois de Bordeaux, achèvent de créer le Domaine de Bages.
Du Domaine de Bages au Cru de Lynch
1750
Au XVIIIe et au XIXe siècles, la famille Lynch donne au domaine une dimension nouvelle. John Lynch part de Galway, après la défaite des catholiques Irlandais à la bataille de La Boyne et s’installe à Bordeaux comme négociant en 1691.

Son fils Thomas acquiert le Domaine de Bages le 9 juin 1750 grâce à son mariage avec la fille de Pierre Drouillard, trésorier général de Guyenne, ayant fait fortune à Bordeaux dans l’assurance et l’armement maritime.

Michel Lynch, fils de Thomas, comprend l’importance des terroirs, sélectionne les meilleurs cépages, draine systématiquement les sols, invente de nouveaux outils pour cultiver la vigne. Il gère la terre avec sagesse et produit d’excellents vins, alors connus sous le nom de « Cru de Lynch ».
Jean Cazes, le « montagnol »
1860
C’est au cœur des Pyrénées centrales, dans le petit village de Montégut-en-Couserans dans l’Ariège, que se situent les origines de la famille Cazes.

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, les habitants des hautes vallées ariégeoises, montagnards, bergers ou paysans, choisissent souvent d’émigrer vers des régions plus douces.

C’est ainsi que Jean (« Lou Janou ») Cazes et son épouse Angélique, arrivent dans le Médoc vers 1875.
A l’époque, l’invasion du phylloxéra entraîne la perte, puis la replantation du vignoble. Elle donne pour longtemps de l’ouvrage à des milliers d’ouvriers ariégeois venus par villages entiers défricher et planter la région.
Jean-Charles Cazes, de boulanger à viticulteur
1939
Jean-Charles, premier de la famille qui soit né à Pauillac, acquiert une propriété viticole au moment de la grande crise des années 1930.

D’abord boulanger, puis employé de banque, il était resté paysan et proche du terrain et se voit proposer par le propriétaire du Château Lynch-Bages, le général Félix de Vial, de reprendre le domaine en fermage. Il s’est révélé bon vinificateur et l’affirmation du style propre à Lynch-Bages correspond à son arrivée à la tête du domaine.

Vinificateur innovant, emblématique d’une nouvelle génération de propriétaires sachant rompre avec la tradition, prenant des risques pour assurer des récoltes bien mûres, il était connu pour être souvent le dernier à vendanger à Pauillac.
André Cazes, le renouveau
1960
Son fils André, après plusieurs années de droit et une formation en assurances, est entraîné dans la tourmente de la Seconde Guerre Mondiale.

1945, année de la victoire alliée et du retour d’André, est un millésime magnifique. Son influence est déterminante sur le vignoble de Lynch-Bages qu’il régénère et agrandit. Il est le premier à promouvoir les vins à l’international.

Il participe à la fondation de la Commanderie du Bontemps avec Henri Martin. Il sera pendant plus de 40 ans Maire de Pauillac, et Conseiller Général de la Gironde très engagé dans la vie locale.
Jean-Michel Cazes, l’ouverture au monde
1973
Jean-Michel, devenu Ingénieur à Paris, rejoint son père en 1973. Les installations et le chai Skawinski, âgé de plus cent ans, ne répondent plus aux critères de l’œnologie moderne. Il entreprend en 1975 les travaux de modernisation : installation d’un cuvier moderne, mise en place de nouvelles technologies et équipements, construction de chais de stockage… Les travaux dureront quinze ans. Le style de Lynch-Bages s’affirme et les vins gagnent en régularité.

Le goût des rencontres pousse Jean-Michel à la conquête de nouveaux marchés. Il devient un véritable ambassadeur des vins du Médoc à travers le monde et un pionnier dans le domaine de l’œnotourisme.
En 1985, une demi-bouteille de Lynch-Bages embarque sur la navette américaine Discovery comme compagnon de vol du spationaute français Patrick Baudry… Le premier vin dans l’espace !

À cette même époque, Jean-Michel fait la connaissance de Chien Chung (Didi) Pei alors architecte résident sur le chantier de son père (Ieoh Ming Pei) au musée du Louvre. Passionné de vin, il vient visiter le Médoc et naissent alors des liens d’amitié…
Jean-Charles Cazes, la viticulture de précision
2007
Attaché au Médoc, passionné par ses vins, Jean-Charles choisit de rejoindre la société familiale après des études d’Economie et de Finance et un début de carrière à l’étranger, au Brésil, où il acquiert une expérience internationale.

En 2007, Jean-Charles Cazes prend la relève de son père à la tête des domaines familiaux. Grâce à la viticulture de précision, un cap décisif est franchi. Les outils de cartographie satellitaire permettent d’analyser précisément le potentiel des parcelles et de caractériser les terroirs. Parallèlement, l’équipe technique commence à établir un cahier des charges afin de concevoir un nouveau chai adapté aux progrès viticoles.

Dès 2009, les premiers échanges avec les architectes permettent d’envisager diverses configurations pour chacune des étapes de la vinification. Les options retenues sont consignées dans une bible technique exhaustive. Le projet de rénovation de Lynch-Bages démarre en 2017, en collaboration avec Chien Chung (Didi) Pei.
Célébration de quatre siècles de progrès
2022
Après quatre années de travaux, le millésime 2020, première récolte vinifiée dans les nouvelles installations, ouvre un nouveau chapitre de la vie du domaine.

Lynch-Bages dévoile une étiquette unique pour ce millésime : 2020 est tracé par la main de l’architecte et la silhouette des nouvelles installations vient subtilement rehausser le dessin des bâtiments historiques.

Le 27 avril 2022, une soirée mémorable est organisée afin de célébrer ces nouveaux chais.
Clients, journalistes et amis venus des quatre coins du monde, étaient réunis pour l’occasion autour d’un dîner organisé au cœur de la propriété.
Visiter
Découvrez un art de vivre le vin
Pour réserver votre visite ou votre cours de dégustation, nous vous invitons à planifier votre rendez-vous.
Découvrir